Et si je visitais … Dieppe

La pluie tombait tandis que nous nous dirigions vers Dieppe – ce qui ne me m’était pas vraiment de bonne humeur, je dois l’avouer. En effet, qui est heureux de voir la pluie tombée drue alors que l’on a prévu de se balader dans les rues d’une ville ?
La solution était alors de se réfugier au sec dans le château de Dieppe.
La route n’était pas très longue par l’autoroute et je guettais les nuages noirs chargés de pluie qui semblait s’effilocher à mesure que l’on s’approchait de la côte d’Albâtre.

01022015-IMG_7285

Arrivés en ville, nous avons descendu l’avenue Léon Gambetta, une longue rue qui m’interpellait toujours quand j’étais petite. Bordée d’arbres, cette longue avenue en dénivelé attirait mon œil d’enfant à travers la vitre de la voiture, me demandant si les maisons qui s’y situaient étaient petites ou grandes, si les arbres étaient contents d’être là, plantés au milieu du goudron et de la pollution urbaine.

01022015-IMG_7294La pluie tombait de manière éparse, ce qui m’inquiétait, mais R. tentait de me rassurer.
Nous nous sommes alors dirigés du côté du port, en passant par la gare de Dieppe. Toutefois, à cause de la pluie et du nombre impressionnant de voitures en stationnement, il m’a été impossible de prendre des photos de dans la voiture. Ce qui est dommage. Le quai de port de Dieppe est assez joli et c’est l’une des choses que je préfère dans cette ville : on y retrouve les incontournables restaurants de front de mer, proposant des menus plus attrayant les uns que les autres, à base de plateaux de fruits de mer ou encore du célèbre moules/frites.

01022015-IMG_729901022015-IMG_730501022015-IMG_7306Par la suite, nous nous sommes retrouvés sur le front de mer, où nous nous sommes garés. Et là, surprise ! de fortes bourrasques de vent nous attendaient, promptes à nous enlacer de leurs froideurs fragiles, une fois sorties de la voiture.
Nous avons pris quelques photos, rapidement, afin de ne pas trop nous refroidir et avons pris la route à pied, vers le château qui nous surplombait, perché sur sa falaise.

01022015-IMG_731701022015-IMG_732901022015-IMG_733001022015-IMG_733301022015-IMG_7340L’accès au château n’est pas très visible et il faut lever un œil aux aguets (et être attentif) pour trouver le panneau indiquant la direction à prendre, malgré que le monument privilégie d’un accès visuel remarquable.
Grimpant une longue ruelle étroite et raide, on parvient à un point en hauteur, surplombant la ville de Dieppe et offrant un joli panorama d’une belle envergure, donnant une vue aussi bien sur la mer que sur la ville.

01022015-IMG_735401022015-IMG_735701022015-IMG_737901022015-IMG_738001022015-IMG_738501022015-IMG_7398Ce château, dominant la ville et la mer, a été construit à partir d’un donjon du 14e au 18e siècle. Constitué de grès et de silex, ce château possède un pont-levis, des meurtrières, faisant de lui un témoin des châteaux médiévaux de notre passé. A cette époque, il était destiné à surveiller le littoral.
Au fil des siècles, il devient la résidence des gouverneurs, une caserne puis une prison. Il est abandonné par l’armée en 1898 et devient un musée en 1923, réserve des collections municipales : on y retrouve une impressionnante collection d’objets en ivoire et de nombreux tableaux.
Je dois avouer que je m’attendais à quelque chose de plus authentique, de plus « médiéval » mais il faut reconnaître que ce château propose de belles collections à un prix défiant toute concurrence (gratuit pour les -26 ans, pour plus d’informations : ici).

01022015-IMG_740101022015-IMG_740301022015-IMG_740701022015-IMG_741301022015-IMG_742001022015-IMG_743401022015-IMG_7445

Nous sommes ensuite redescendus en ville, profitant du calme relatif (Dieppe comptant sans doute la plus grande population de mouettes au monde) avant d’atteindre le port et de regagner la route vers notre point de départ.

01022015-IMG_744901022015-IMG_745001022015-IMG_745501022015-IMG_7456

Publicités